La Radioactivité:

Radioactivité et rayonnements naturels :

Les êtres vivants baignent depuis la nuit des temps dans un flux de rayonnements naturels.Sur une planète accueillante comme la Terre,la radioactivité constitue la principale source d'exposition à ces rayonnements. En France la dose d'exposition aux rayonnements naturels s'élève au total à 2,4 milli sieverts (msv) par an et par habitant. En plus de la radioactivité naturelle à laquelle nous sommes exposés en permanence, s’ajoute également dans l’environnement la radioactivité produite par les activités humaines. Cette radioactivité, dite artificielle, possède les mêmes propriétés que la radioactivité naturelle.


Elle résulte principalement :

· des applications médicales, industrielles et de la recherche.
· des retombées des essais d’armes nucléaires.
· des rejets réglementés des installations nucléaires.


La radioactivité artificielle est estimé à 1,1 mSv par an et par habitant, C'est une moyenne qui varie d'une personne à l'autre en fonction de l'altitude, de la nature des sols, de l'habitation, de la façon de l'aérer, de la fréquence des vols en avion ou encore de la pratique ou non de l'alpinisme . 
Au total Chaque année, un Français est exposé à une dose moyenne de 3,5 millisievert (mSv) : 


Pour Plus D'information Vous Pouvez Voir La Rubrique Liens. ​




Le Radon:

Le radon-222  constitue la principale source d'exposition à la radioactivité à laquelle l'homme est exposé, parce qu'il est le seul des descendants de l'uranium à être gazeux. Ceci lui permet de passer dans l'atmosphère, à la surface d'une roche qui contient un peu d'uranium comme du granit. S'échappant des sous-sols volcaniques et granitiques ainsi que de certains matériaux de construction, il est présent partout à la surface de la terre. On constate la présence de radon dans nos maisons et dans notre alimentation (voir schéma) .




Dans votre maison:

Le radon peut s'infiltrer dans une maison par les planchers en terre battue, les fissures dans les murs et les planchers de béton, les puisards, les joints, les drains des sous-sols, par la base des chaudières et par les poteaux si ceux-ci passent à travers le plancher. Ce gaz traverse facilement les murs de blocs de béton. S’il est présent dans l'eau des puits, il peut également être libéré dans l'air de la maison. Les propriétaires qui souhaitent faire mesurer les concentrations de radon de leur maison doivent faire appel aux services d’entrepreneurs spécialisés. À l'heure actuelle, très peu d'entreprises privées offrent des services d'évaluation du radon au public. 

Quels sont ses effets sur la santé ?

C’est essentiellement le risque de cancer du poumon qui commande la vigilance à l’égard du radon dans les habitations. Le radon est classé « cancérigène prouvé chez l’humain » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) des États-Unis.
Étant un gaz, le radon pénètre dans les poumons avec l’air que l’on respire. Lorsqu’il se désintègre, le radon engendre des produits que l’on appelle produits de filiation. Ceux-ci se lient aux particules dans l’air et peuvent ensuite se fixer aux bronches. Ces produits de filiation de courte durée de vie émettent eux-mêmes un rayonnement ionisant appelé « particules alpha » lorsqu’ils se désintègrent. Ce rayonnement peut endommager les cellules bronchiques. La radioactivité n’agit toutefois que dans les poumons et ne se diffuse pas dans le reste du corps.L’exposition au radon est la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme.


Comment réduire les risques Sur la santé dus au radon ?

La première mesure de protection de la santé contre le cancer du poumon attribuable au radon est de s’abstenir de fumer (lutte contre le tabagisme). En effet, les individus qui s’exposent simultanément à la fumée du tabac et au radon voient le risque de développer un cancer du poumon augmenter. Il s’agit d’un effet synergique. D’ailleurs, parmi les décès par cancer du poumon attribuables au radon, 60 % surviendraient chez les fumeurs, 30 % chez les anciens fumeurs et 10 % chez les non-fumeurs.
Chacun peut mesurer la concentration de radon dans son domicile et agir pour en réduire le niveau. 


Recommandations de Santé :

Il faut prendre des mesures correctives lorsque la concentration moyenne annuelle de radon dépasse les 200 Bq/m³ dans les aires normalement occupées d'un bâtiment.
Comment réduire les niveaux de radon dans des maisons existantes ?
Il existe des mesures pour réduire les niveaux de radon dans les maisons. Dans la plupart des cas, ces mesures sont simples et souvent peu coûteuses. Par exemple, on peut :
Colmater les fissures de la fondation ; Sceller les ouvertures en contact avec le sol ;
S’assurer que les puisards sont couverts et ventilés vers l’extérieur ; Améliorer la ventilation, particulièrement au sous-sol.
La combinaison de deux ou plusieurs de ces mesures devrait donner de meilleurs résultats.Si ces moyens permettent de réduire la quantité de radon qui s'introduit dans une résidence, ils n’empêchent pas complètement l’infiltration. Lorsque les concentrations de radon sont très élevées, ces mesures peuvent s’avérer plus ou moins efficaces. Les méthodes les plus efficaces pour les maisons existantes sont celles qui provoquent une dépressurisation sous la dalle de béton du sous-sol. On rapporte avec cette technique une diminution des concentrations de radon de l’ordre de 95 %. De tels travaux doivent idéalement être confiés à des entrepreneurs qualifiés. 



Quelles sont les mesures de prévention applicables aux nouvelles habitations ?

Lors de la construction d’une maison, on ne peut généralement pas prévoir le niveau de radon qui s’y trouvera. Il s’avère cependant plus simple et moins coûteux de prendre des mesures de prévention lors de la construction de la maison que d’intervenir par la suite. Par exemple, pour réduire les voies d’infiltration du radon, il est possible :
D’utiliser un béton très résistant ;
D’ajouter un plastifiant au béton ;
D’installer une membrane de polyéthylène sous le béton .

D’installer un système de ventilation adéquat.



Limites d’exposition recommandées par différents 

Organismes internationaux

Limites d’exposition en Bq/m3
Santé Canada
200 Bq/m3

Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR)
200 à 600 Bq/m3
Organisation mondiale de la santé (OMS)
400 Bq/m3
Agence américaine pour la protection de l’environnement (USEPA)
150 Bq/m3
Union Européenne

200 à 400 Bq/m3